« Agatha Raisin enquête #2: Remède de cheval » de M. C. Beaton

fillenavigua

Quatrième de couverture

Agatha Raisin, s’intégrant peu à peu à son petit village, fait la connaissance de Paul, le vétérinaire, qui ne semble pas insensible à ses charmes. Mais celui-ci est retrouvé mort, victime d’une injection de tranquillisant destiné au cheval de Lord Pendlebury. Agatha ne croit pas à l’accident et prend l’enquête en main. Son nouveau voisin, le colonel Lacey, d’habitude distant, accepte de l’aider.
  • Mon opinion

★★★★☆

___Agatha a encore l’esprit absorbé par son séduisant voisin lorsque Jack Pomfret, un de ses anciens concurrents, lui propose de se relancer dans les affaires. Comprenant que l’élu de son coeur n’est pas vraiment disposé à répondre à ses avances (dans l’immédiat, le colonel Lacey semble au contraire la fuir avec toute l’énergie du désespoir), la retraitée décide de partir quelques jours pour Londres afin d’étudier la proposition de son ancien confrère. Une fois là-bas, Agatha ne tarde pas à déchanter lorsqu’elle découvre que sous-couvert de belles promesses, Jack Pomfrey espère en fait lui soutirer de l’argent. Grâce aux conseils avisés de son ami Bill et à sa clairvoyance, Agatha échappe finalement de peu à une odieuse tentative d’escroquerie. A peine a-t-elle digéré l’affront d’avoir ainsi été menée en bateau, qu’elle retourne s’enterrer dans son cottage à la campagne, avec en prime un nouveau compagnon dans ses bagages…

Dans le même temps, la petite ville de Carsely vient d’accueillir un cabinet vétérinaire dont la salle d’attente ne désemplit pas. Depuis l’ouverture, les habitantes se bousculent pour venir faire examiner leurs compagnons à quatre pattes par le charmant Paul Bladen, un quarantenaire divorcé. Rabrouée par son voisin, Agatha, désormais propriétaire de deux chats, se résout finalement à concentrer ses efforts sur le nouveau vétérinaire. Moins farouche, ce dernier semble d’ailleurs céder au charme de la quinquagénaire. Mais alors qu’elle est sur le point de conclure, Agatha prend les jambes à son cou…

Incroyable ironie du sort, le lendemain de ce tête-à-tête mouvementé, le vétérinaire est retrouvé mort, une seringue de tranquillisant enfoncée en plein coeur. Les premières constatations des enquêteurs concluent rapidement à un accident. Une hypothèse qui ne convainc cependant pas Agatha Raisin. Guettant fébrilement l’aventure qui viendra rompre la monotonie de sa vie à Carsely, elle voit là l’opportunité idéale de mettre un peu de piquant dans sa vie.

*_____*_____*

___Après avoir lavé son honneur en démasquant le meurtrier de Mr Cummings-Browne, Agatha reprend du service pour élucider un nouveau mystère. Si cette fois-ci, la jeune retraitée est a priori exempte de tout soupçon, cela n’empêche pas notre excentrique quinquagénaire d’enfiler de nouveau ses habits de Miss Marple. Et c’est en charmante compagnie, épaulée par son séduisant voisin, qu’elle se lance donc dans une nouvelle enquête, sur les traces de l’assassin du vétérinaire de Carsely.

Alors que nos enquêteurs amateurs avancent dans leurs investigations, la thèse de l’accident, pourtant privilégiée par la police, semble bientôt se disloquer. Cette fois encore, la victime semblait être un coureur de jupons invétéré. De fait, les mobiles et les suspects ne manquent pas et tendent même à s’accumuler à mesure que l’enquête progresse. Si dans un premier temps, les deux voisins n’ont cependant pas de preuve tangible pour étayer leur intuition, chacun a ses raisons de vouloir se lancer dans cette enquête officieuse. Souffrant du fameux syndrome de la page blanche, le livre que tente d’écrire James est au point mort. Partir à la recherche de l’hypothétique meurtrier de Paul Bladen est donc le prétexte idéal pour le colonel de se détourner de son travail d’écriture. De son côté, Agatha voit dans cette enquête l’occasion rêvée de se rapprocher de son charmant voisin.

Depuis plusieurs semaines, James semble en effet résolu à fuir par tous les moyens sa voisine un peu trop entreprenante. Il faut dire que manquant cruellement de subtilité, toutes les tentatives de séduction d’Agatha se soldent invariablement par un échec. Pire, James commence à la croire réellement « dérangée ». Étonnamment, Agatha réalise que plus elle se montre désintéressée et distante avec James, plus ce dernier lui témoigne d’attention. Comprenant qu’elle semble tenir là une tactique potentiellement fructueuse, Agatha s’évertue donc, non sans quelques difficultés, à feindre l’indifférence.

Mais au grand désespoir de cette dernière, une nouvelle venue à Carsely, Freda Huntingdon, semble avoir elle aussi jeté son dévolu sur le colonel retraité. Agatha, qui voit rapidement clair dans le jeu de la nouvelle habitante, n’apprécie pas vraiment l’irruption de cette rivale sur son territoire. Il faut dire qu’aussi pugnace et déterminée qu’Agatha, Freda ne ménage pas ses efforts pour mettre le grappin sur James, multipliant les opérations séduction et les tentatives d’approche. Entre les deux voisines, les hostilités sont ouvertes et tous les coups sont permis pour tenter de ravir le coeur du célibataire endurci.

___Deuxième tome de la série « Agatha Raisin enquête », « Remède de cheval » reprend bon nombre des ingrédients à succès du premier opus. Au menu de cette deuxième enquête : un nouveau crime à élucider, des dialogues savoureux et toujours autant d’humour et de situations désopilantes, à l’instar de cette scène d’anthologie dans les toilettes d’un pub ou encore d’une confrontation explosive avec un châtelain irascible (qui prend Agatha pour une militante antichasse !)! Fidèle à elle-même, Agatha se laisse comme toujours davantage guider par son esprit de contradiction que sa conviction. On retrouve avec bonheur la personnalité sans filtre et les répliques exquises de l’excentrique retraitée. Toujours aussi spontanée et maladroite, elle multiplie les gaffes et possède le don de se mettre dans des situations aussi invraisemblables que truculentes !

___L’intrigue policière, bien que moins convaincante que celle de l’opus précédent, n’en reste pas moins plaisante à suivre. De fait, ce deuxième opus s’attarde davantage sur l’évolution des relations entre les différents protagonistes que sur l’enquête elle-même. Au fil des interrogatoires et de l’avancée de leurs investigations, la relation entre Agatha et James prend peu à peu une tournure conjugale. Entre chamailleries et quiproquos, leur duo fait des étincelles pour le plus grand plaisir du lecteur.

___A l’image de l’héroïne qui apprend progressivement à connaître ses voisins, le lecteur fait lui aussi plus ample connaissance avec les habitants de Carsely. On retrouve avec plaisir bon nombre de personnages et de lieux déjà croisés au cours du précédent tome, ainsi que quelques nouveaux venus. Cette deuxième enquête est également l’occasion pour Agatha de commencer à se remettre peu à peu en question. Totalement obnubilée par sa propre personne (et par son voisin), elle réalise bientôt, non sans amertume, que James s’est incontestablement beaucoup mieux intégré qu’elle dans le village… Un premier pas vers ce qui semble annoncer une évolution aussi intéressante à suivre que salutaire. Personnage antipathique pour certains, héroïne désopilants pour les autres, Agatha Raisin est dans tous les cas une personnalité haute en couleurs et pleine de caractère qui ne laisse pas indifférent.

Je remercie encore une fois les éditions Albin Michel pour cet excellent moment de lecture !

Publicités

« Scarlett mène l’enquête » de Fleur Hitchcock

Quatrième de couverture

Mon père était-il vraiment un voleur ? Pourquoi me disait-il toujours de « regarder en haut »?
Quand Scarlett reçoit une boite ayant appartenu à son père, célèbre voleur de bijoux, elle découvre qu’elle est pleine d’indices. Si elle parvient à les comprendre, peut-être pourra-t-elle trouver la clé du mystère qui entoure la vie de son père disparu. Avec l’aide d’Ellie, sa nouvelle amie, Scarlett mère une enquête parfois effrayante mais le plus souvent très amusante.

Mon opinion

★★★★★

___Laissant voir avec ce premier roman un esprit créatif inépuisable et un penchant à aborder des thématiques universelles, Fleur Hitchcock semble en passe de s’inscrire dans la lignée des auteurs fédérateurs de la littérature jeunesse, capables de toucher toutes les générations de lecteurs. Déployant un univers original à souhait dont elle s’attache à nous livrer rapidement les codes nécessaires à son appréhension, la romancière dévoile en outre une plume à l’image de sa jeune héroïne, à la fois alerte et pleine d’esprit, qui nous emporte dès les premières pages.

___Le lecteur plonge avec délice dans cet univers légèrement décalé et cette ambiance acidulée d’une redoutable efficacité. Enchaînant les chapitres courts et les péripéties les plus inattendues, l’auteure déroule en effet une histoire parfaitement rythmée et riche en surprises qui ne laisse aucun répit au lecteur. Il faut dire que Fleur Hitchcock redouble d’inventivité pour imaginer les situations les plus rocambolesques et inattendues. Si certaines d’entre elles mettent parfois notre bon sens à rude épreuve (confer l’épisode (absolument hilarant!) des manchots), la romancière ne perd jamais pour autant de vue le fil conducteur de son récit qui conserve cohérence et logique en toute circonstance. Le caractère loufoque et improbable de certaines situations colle ainsi parfaitement à l’esprit décalé instauré par l’auteure, et n’enlève de fait rien au charme de cette intrigue menée tambour battant et portée par des personnages truculents. Grâce à des ressorts comiques variés, inspirés et souvent inattendus, Fleur Hitchcock insuffle à son intrigue des relents de bonne humeur à travers un florilège de gags particulièrement réussis et une galerie de personnages tous plus savoureux les uns que les autres !

___Irrésistible et attachante, Scarlett incarne une héroïne pleine de malice et d’énergie qui s’attire d’emblée la sympathie du lecteur. Sa spontanéité et son innocence donnent lieu à des réparties et des observations particulièrement drôles, et ses déductions, aussi logiques qu’ingénues sont à chaque fois de véritables perles. Volontaire et pleine de ressources, la jeune fille n’a pas froid aux yeux et semble avoir le chic pour se mettre dans les situations les plus improbables, pour le plus grand plaisir du lecteur.

___Dans cet imbroglio de personnages délicieusement caricaturaux et de situations loufoques, « Oncle Derek » et la mère de Scarlett semblent incarner des points de repère essentiels à la jeune fille. Car alors qu’elle amorce lentement sa métamorphose vers l’âge adulte, l’innocence de Scarlett se heurte à la réalité sournoise d’un monde moins bienveillant qu’elle ne l’aurait cru. Victime des préjugés que son institutrice et ses camarades de classe nourrissent à l’égard de son père à la réputation houleuse, Scarlett découvre par ailleurs que les adultes (y compris ses propres parents) peuvent parfois mentir et ne se comportent pas toujours de façon exemplaire.

___Face à des adultes pas toujours bien intentionnées, et investie par son statut de grande sœur d’un sens du devoir et des responsabilités affirmé, Scarlett va être amenée à prendre des décisions importantes et faire des choix décisifs. Epaulée dans son enquête par Ellie, « l’insupportable » fille d’ « Oncle Derek », elle devra également apprendre à regarder au-delà des apparences et mettre ses préjugés de côté afin de trouver des réponses à ses questions. Car plus qu’une aide précieuse dans l’avancée de ses recherches, Ellie deviendra une véritable amie pour Scarlett qui prendra peu à peu conscience de l’influence positive que certaines personnes (aussi différentes soient-elles) peuvent exercer sur sa vie.

___Avec humour et sensibilité, l’auteure a su saisir tous les tourments et les questionnements de cet âge charnière, entre enfance et adolescence, le tout dans un esprit résolument positif et en véhiculant des valeurs essentielles. La notion de bien et de mal, la moralité, l’amitié, le deuil, la vérité, les préjugés… autant de questions clés abordées avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité par l’auteure dans ce récit aussi court que foisonnant. Au-delà du simple jeu de piste drôle et divertissant, « Scarlett mène l’enquête » offre en effet un double niveau de lecture à la fois structuré et pertinent. Car comme le dit la jeune héroïne elle-même, au terme de cette chasse au trésor, c’est avant tout son père que Scarlett espère retrouver. Et en partant sur ses traces dans l’espoir de percer ses secrets et de comprendre qui il était, c’est finalement la question de sa propre identité que se pose la jeune fille. Dès lors, les nombreuses péripéties rencontrées, les choix auxquels elle va être confrontée et les décisions qu’elle devra prendre au cours de cette aventure sont autant de mises à l’épreuve déterminantes et d’indices révélateurs de sa véritable nature et de sa personnalité. Ainsi, plus qu’un simple récit d’aventure aux relents de mystère, c’est donc avant tout celui d’une quête d’identité que nous livre Fleur Hitchcock.

Avec « Scarlett mène l’enquête », Fleur Hitchcock s’inscrit dans la lignée des auteurs fédérateurs de la littérature jeunesse, capables de faire jaillir de leur imaginaire un univers original à souhait, et de créer des atmosphères uniques qui enchantent les lecteurs de tous âges.

Irrésistible et attachante, Scarlett incarne une héroïne pleine de malice et d’énergie. Avec ses aventures plus rocambolesques les unes que les autres et ses commentaires hilarants, elle s’attire d’emblée la sympathie du lecteur qui se régale de ses tribulations et de ses bons mots.

Malgré certains personnages stéréotypés et des situations ubuesques au point de pouvoir parfois sembler tirées par les cheveux, ce trait volontairement grossi colle parfaitement à l’esprit décalé et l’univers acidulé du roman. Le lecteur se laisse ainsi volontiers porter par la bonne humeur de cette intrigue menée tambour battant et portée par des personnages truculents. Les ressorts comiques, sans cesse renouvelés, fonctionnent à tous les coups et ne manqueront pas de tirer sourires et éclats de rire aux lecteurs même les plus âgés.

Mais sous couvert de cet univers léger et mâtiné d’humour, l’auteure aborde également des thèmes plus sérieux et profonds (la famille recomposée, le deuil, la loyauté,…) ainsi que des questions essentielles (la notion de bien et de mal, la vérité, la différence…). Offrant un double niveau de lecture bien pensé, la romancière parvient ainsi à combiner avec brio divertissement et réflexion, conférant à son ouvrage une indiscutable et appréciable plus-value.

A l’image de son héroïne, oscillant entre enfance et adolescence, le roman de Fleur Hitchcock ne semble se revendiquer d’aucun genre particulier. Compilant et entremêlant différents registres, « Scarlett mène l’enquête » est en effet à la fois un récit d’aventure bourré d’humour, un jeu de piste captivant et un vrai roman d’apprentissage.

Porté par une héroïne aussi pétillante qu’intrépide, « Scarlett mène l’enquête » est une lecture rafraichissante et pleine d’humour, qui séduira assurément aussi bien les jeunes lecteurs que les plus âgés ! Un roman que je vous recommande chaudement !

Je remercie Babelio et les éditions Flammarion pour leur confiance !