« Scandaleuse Alexandrine » de Madeleine Berthaud-Mansiet

 

 

 

 

 

 

Résumé

Alexandrine de Tencin, petite dernière d’une fratrie de cinq enfants, est contrainte d’entrer au couvent et de prendre le voile. Révoltée mais déterminée, elle s’instruit patiemment, ourdit sa vengeance et trouve les appuis lui permettant d’annuler ses voeux.

Introduite dans les sphères du pouvoir par son amant, l’abbé Dubois, elle va enfin mettre à profit son sens de l’intrigue.

Usant de ses charmes comme de son esprit, elle devient l’une des femmes les plus influentes et les plus courtisées de son temps. Mais c’est sans compter une descendance aussi incroyable qu’inattendue…

La fulgurante ascension d’Alexandrine à la cour du roi.

Mon opinion

___Cadette d’une famille de cinq enfants, Alexandrine est placée très tôt, à l’âge de huit ans, au monastère de Montfleury. Rêvant au prince charmant, ce n’est qu’après plusieurs années d’enfermement que la jeune fille comprend qu’elle est en réalité promise à un avenir de couventine. Refusant dès lors de se soumettre au sort que ses parents lui réservent, l’adolescente entend bien se battre pour briser ses chaînes et prendre son destin en main.

Dans son malheur, Alexandrine peut pourtant compter sur le soutien indéfectible de sa soeur, Angélique, et de son cousin pour l’aider à reconquérir sa liberté. Grâce à sa vivacité d’esprit et son exceptionnelle intelligence, elle parvient en outre à rallier de nombreuses personnes à sa cause. Car de ces longues années de captivité forcée, la dominicaine en tirera une solide instruction ainsi qu’une détermination farouche à conserver une liberté si durement acquise.

___A trente ans et ayant enfin rompu ses chaînes, Alexandrine est bien décidée à « prendre une éclatante revanche en se taillant une place dans ce monde qui lui avait été si injustement fermé. ». Dans le salon de sa soeur, la « nonne défroquée » brille rapidement par l’étendue de sa culture ainsi que ses prises de position, et exerce sur son auditoire un tel pouvoir de séduction, qu’elle éclipse rapidement Aïssé, la pupille (et souffre-douleur) de Charles de Ferriol. Alexandrine et la belle Circassienne se vouent d’emblée une aversion mutuelle. Aïssé ne pardonne pas à la dominicaine de l’avoir ainsi supplantée auprès du public du salon qui n’avait jusqu’alors d’yeux que pour sa beauté exotique, et désapprouve la liberté de moeurs qu’incarne cette femme libre, décomplexée, courtisée, heureuse de l’être et peu vertueuse. De son côté, Alexandrine, après avoir dû mener une lutte acharnée pour conquérir une liberté et une indépendance qu’elle revendique, méprise la soumission docile dont fait preuve la jeune fille à l’égard de son aga: « En somme, égarée dans le siècle, elle est d’une autre époque. Elle devra changer ou bien elle n’a pas fini de souffrir. Il n’y a aucune place pour les êtres sensibles et vulnérables en ce monde qui s’entre-déchire » p.146

___Se passionnant pour la vie mondaine et politique, Alexandrine écoute avec attention les joutes que se livrent les intellectuels qui viennent animer les conversations du salon Ferriol, lui permettant ainsi de collecter de précieux renseignements sur les amitiés et les inimitiés existant entre les puissants. Comprenant rapidement les privilèges qu’une femme peut tirer de ses charmes dès lors qu’ils sont bien employés, madame de Tencin éprouve bientôt son pouvoir sur les hommes et entend bien utiliser ses relations pour bâtir sa fortune et celle de son frère bien-aimé.

 *_____*_____*

___Retraçant la vie tumultueuse et le destin exceptionnel de madame de Tencin, « Scandaleuse Alexandrine » est un roman historique passionnant qui emporte le lecteur dès les premières pages et séduira à coup sûr tous les adeptes du genre !

___Avec sa plume pleine de verve et un style d’un raffinement délectable, Madeleine Berthaud-Mansiet insuffle à son récit le charme et la fougue qui caractérise son héroïne tout en restituant brillamment l’effervescence intellectuelle de l’époque dans lequel il s’inscrit.

___Brossant le portrait d’une femme au destin incroyable et à la force de caractère hors du commun, « Scandaleuse Alexandrine » propulse le lecteur au coeur du siècle des Lumières, sous la Régence du doc d’Orléans, où l’on assiste à un relâchement des moeurs et à l’explosion de la libre pensée. Dans ces lieux de conversations brillantes et d’émulation intellectuelle qu’incarnent les salons, règne une atmosphère de joyeuse frivolité. De François-Marie Arouet (qui deviendra Voltaire) à Montesquieu, en passant par Fontenelle, ils sont le point de rencontre de tous les grands penseurs qu’Alexandrine aura le privilège de côtoyer et que le lecteur voit défiler au gré de sa lecture.

___Dans un XVIIIième siècle qui ne s’encombre ni de morale ni de préjugés, Alexandrine ne s’embarrasse pas de sentiments dans la gestion de ses relations amoureuses qu’elle noue et dénoue selon les nécessités. Prenant soin d’entretenir les amitiés utiles tout en évitant de se faire des ennemis, l’intrigante change de couche et de partenaires en fonction de la personnalité de chacun et de sa place sur l’échiquier politique.

___Faisant de sa liberté et de son indépendance les seuls principes régissant sa vie, Alexandrine n’entend appartenir à personne : « […], la liberté avait bien la saveur violente qu’elle lui supposait. Dans l’air qu’elle respirait, elle en éprouvait la griserie. Rien ne remplacerait jamais cette sensation unique de s’appartenir. Aucun homme, fût-il le meilleur, le plus beau, le plus généreux, n’exercerait sur elle le droit de possession. Même si l’amour se présentait un jour sous sa plus belle apparence et qu’elle le reconnaisse, en aucun cas elle ne lui sacrifierait ce bien inestimable : sa liberté si douloureusement acquise » p.129

___Mais celle qui se défend de se laisser prendre au piège de l’amour et des sentiments n’hésite néanmoins pas à renier tous se principes dès lors qu’il s’agit de Pierre, ce frère bien-aimé, avec lequel elle entretient depuis toujours des rapports pour le moins troublants et ambigus. Afin d’assouvir les ambitions de celui qu’elle a voulu épouser lorsqu’elle était enfant, Alexandrine est en effet prête à tous les sacrifices. « Garder des relations avec les hauts personnages susceptibles de servir la carrière de son frère passait avant une aléatoire gloire personnelle. Tant que le chapeau de cardinal ne coifferait pas la tête de son Eminence bien-aimée, elle ne connaîtrait ni la satisfaction du coeur, ni la paix de l’esprit. Tous ses renoncements tendaient vers ce but suprême. Aussi entretenait-elle ses amitiés, complotait-elle plus que jamais pour cette cause qui était l’aboutissement de ses espoirs ». p.365

___Durant près de 400 pages, le lecteur devient le témoin privilégié des états d’âme de ce caractère passionné, tour à tour rebelle, déterminé et calculateur ainsi que de sa fulgurante ascension. Grâce à un style alerte et raffiné, la romancière donne vie à une madame de Tencin sulfureuse et intrigante dont elle parvient à saisir à chaque instant les sentiments les plus intimes avec une incroyable justesse et un réalisme prodigieux.

___Dès lors, quelles que soient les éventuelles digressions ou les libertés prises par l’auteure avec la réalité historique (ce dont je suis d’ailleurs tout à fait incapable de juger), elles importent finalement bien peu au regard du portrait fascinant et de l’intrigue captivante que la romancière nous propose.

Portée par un souffle romanesque exceptionnel, « Scandaleuse Alexandrine » nous entraîne dans l’intimité d’une femme éprise de liberté qui, après avoir lutté des années durant pour la conquérir, s’acharnera à la conserver. Le roman de Madeleine Berthaud-Mansiet, servi par un style alerte et raffiné, emporte ainsi le lecteur au coeur d’une époque en effervescence au décours d’un récit passionnant et sans le moindre temps-mort. Témoignant d’une incroyable justesse dans l’appréhension des sentiments, ce portrait captivant nous restitue la personnalité de madame de Tencin dans toute sa fougue et sa complexité.

Des débauches des religieuses à l’abandon de son fils, Jean le Rond (futur d’Alembert), en passant par l’attachement viscéral qu’elle a pour son frère, la vie incroyablement romanesque de madame de Tencin se révèle aussi fascinante que riche en surprises !

Un roman captivant et au doux parfum de scandale à ne manquer sous aucun prétexte !

Je remercie très chaleureusement les éditions De Borée pour m’avoir permis de découvrir ce fabuleux roman!

Publicités

4 réflexions sur “« Scandaleuse Alexandrine » de Madeleine Berthaud-Mansiet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s