« La galerie des maris disparus » de Natasha Solomons

 

 

 

 

 

 

 

Résumé

Quand son mari se volatilise, Juliet Montague disparaît à son tour. Ni veuve ni divorcée, elle n’a pas le droit de refaire sa vie selon les règles de la communauté juive à laquelle elle appartient. Juliet s’efforce pourtant de son mieux d’assumer le quotidien et d’élever ses deux enfants. Mais le jour de ses trente ans, un matin de l’hiver 1958, elle prend une décision tout sauf raisonnable : au lieu de consacrer ses économies à l’achat d’un réfrigérateur, elle s’offre un portrait à son effigie.

Ce tableau, premier d’une longue série, signe le début de son émancipation : passionnée de peinture, Juliet va peu à peu repérer les talents émergents, frayer avec le gotha artistique de Londres et ouvrir sa propre galerie. Ses nouvelles amitiés et, plus tard, son amour pour un brillant peintre reclus dans sa maison du Dorset l’aideront à affronter les commérages et la réprobation des siens. Mais Juliet reste enchaînée et, pour se sentir tout à fait libre, il lui reste un mystère à élucider…

Mon opinion

★★★☆☆

___Juliet Greene a grandi au sein d’une communauté juive très conservatrice. Son père, propriétaire d’un magasin d’optique, a toujours rêvé d’avoir un fils à qui léguer son commerce et très tôt, Juliet est donc persuadée d’être une source de déception pour lui. Un sentiment d’autant plus tenace que la jeune femme est par ailleurs la seule de sa famille à n’avoir jamais eu besoin de lunettes. Dans la famille Greene qui a bâti sa réussite professionnelle sur la vente de verres correcteurs et qui considère les troubles de la vue comme une bénédiction, la vision parfaite de Juliet est perçue comme une exception regrettable.

___Adulte et mariée, Juliet s’est toujours conformée du mieux qu’elle le pouvait aux attentes de sa communauté. Mais après la disparition aussi soudaine qu’inexplicable de son mari, George, la jeune femme se retrouve affublée du statut peu enviable de aguna. Car selon la Loi juive, la procédure du divorce repose sur le consentement mutuel et obéit à des règles strictes selon lesquelles l’époux doit matériellement, en personne, ” donner le guet “ (le libellé de divorce) à sa femme qui doit accepter de le recevoir. Ainsi, dans le cas où l’époux ne peut pas donner l’acte de séparation (en cas de disparition par exemple), la femme ne peut être déclarée divorcée. Considérée comme encore mariée, il lui est alors impossible d’envisager de contracter une nouvelle union. Dès lors, toute relation avec un autre homme est considérée comme adultère et les enfants issus d’une telle union illégitimes.

___Juliet se retrouve donc livrée à elle-même du jour au lendemain, seule avec ses deux enfants à charge. Et alors que toute sa famille tente de se convaincre que cette disparition ne peut être que temporaire, elle est la seule à appréhender les évènements avec lucidité. Alors qu’elle tente de mener l’existence que l’on attend d’une femme de sa condition, Juliet va donner à sa vie un tournant inattendu le jour de son trentième anniversaire. Après avoir longtemps économisé pour acheter un réfrigérateur, la jeune femme va, dans un accès d’audace, renoncer à cet achat afin de s’offrir un portrait d’elle réalisé par un jeune artiste croisé par hasard. Un choix qui, bien qu’anodin en apparence, va pourtant faire basculer la vie de cette mère de famille rangée. Car ce portrait à son effigie va être le premier d’une longue série que Juliet complètera toute sa vie, au fil de ses rencontres avec de nombreux artistes. Grâce à son oeil avisé, elle va progressivement intégrer le milieu artistique et s’imposer comme une dénicheuse de nouveaux talents, jusqu’à monter sa propre galerie.

___Au fil de ce catalogue de portraits dans lequel chaque tableau nous dévoile une facette de l’héroïne, Natasha Solomons retrace des fragments de la vie de Juliet. De son enfance aux dernières années de sa vie, en passant par sa rencontre avec George, l’auteure retrace, à travers les multiples rencontres artistiques de Juliet et les portraits qui en naîtront, la vie incroyable et la trajectoire hors du commun d’une femme enchaînée à son statut marital et en perpétuelle quête d’identité.

___De la construction même du récit, aussi astucieusement pensée que habilement menée, aux éléments en apparence secondaires de l’intrigue, rien  ne semble avoir été pensé au hasard par l’auteure. Dans ce récit aux allures de conte initiatique, Natasha Solomons s’attache à donner un sens au moindre détail. Ainsi, lorsque George disparaît, il emporte avec lui l’objet le plus cher aux yeux de Juliet, un portrait d’elle peint par un client de son père lorsqu’elle était encore enfant. Au-delà de l’aspect matériel, le vol de ce tableau illustre bien comment, à travers son acte, George va priver Juliet d’une part de son identité. Car en disparaissant de la sorte sans accorder le divorce à son épouse, il la condamne à vivre enchaînée à son statut marital, sans possibilité de se reconstruire. Son obsession à se faire portraitiser par tous les artistes qu’elle rencontre devient dès lors révélatrice de sa quête d’identité désespérée.

___De la même manière, le fait que Juliet soit l’unique membre de sa famille à ne pas avoir besoin de lunettes, outre le fait de témoigner de sa singularité, démontre également qu’elle est la seule, au sein de cette communauté très conservatrice, à ne pas voir le monde avec des œillères. Les lunettes sont d’ailleurs un accessoire récurrent tout au long du récit dont l’auteure use afin de symboliser le regard critique porté par la société et le jugement permanent auquel chacun est soumis. Ainsi, lors de l’exposition que Juliet organise, « les critiques se distinguaient par leurs lunettes à monture noire» et le médecin qu’elle consulte quelques temps plus tard pour obtenir la pilule (alors réservée aux femmes mariées) portait quant à lui des « lunettes demi-lune ». Natasha Solomons pare ainsi, avec beaucoup d’intelligence et de subtilité, son récit d’autant de détails symboliques et pertinents afin d’appuyer son propos et de donner davantage de profondeur et de sens à son intrigue.

___Pourtant, le soin permanent apporté aux symboles ainsi que la richesse du texte en connotations n’ont malheureusement pas suffit à me faire oublier un style minimaliste, tombant dans l’excès d’une trop grande simplicité, et une écriture manquant parfois de fluidité. Il m’aura ainsi fallu près de soixante-dix pages pour pleinement m’immerger dans l’histoire et m’accoutumer à ce style que j’ai personnellement trouvé peu engageant. Car si j’ai été totalement séduite par la teneur du message véhiculé et l’architecture du récit, j’ai en revanche eu beaucoup de difficultés à éprouver de l’empathie pour les personnages, peu séduite par l’écriture de Natasha Solomons, que j’ai trouvée dépourvue de charme et de raffinement.

___Malgré cet écueil, « La galerie des maris disparus » n’en reste pas moins un roman de grande qualité, à la fois original et d’une grande intelligence, qui nous entraîne dans l’effervescence du milieu artistique londonien du début des années 60, à la rencontre d’une femme qui, tiraillée entre sa communauté trop conservatrice et un milieu artistique décomplexé, peine à trouver sa place.

___Natasha Solomons nous livre ainsi le portrait d’une femme à la fois en quête d’identité, de liberté, d’amour et de réponses à ses questions. Condamnée à vivre enchaînée à un mari qui l’a abandonnée et réduite au statut de aguna par sa communauté, Juliet devra faire preuve de courage et d’audace pour briser ses chaînes, s’affranchir de l’opinion publique afin de conquérir sa liberté, et exister autrement qu’à travers son statut de femme mariée.

Je remercie chaleureusement les éditions Calmann-Lévy de m’avoir permis de découvrir ce roman ! 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s