« Les Enquêtes d’Enola Holmes, tome 1 : La Double Disparition » de Nancy Springer

 

 

 

 

 

 

Résumé

___S’il est une chose que j’aimerais savoir, c’est pourquoi ma mère m’a nommée «  Enola « . Enola qui, à l’envers, se lit : alone. En anglais : seule. Et c’est bel et bien seule que je me suis retrouvée le jour de mes quatorze ans, ma mère ayant disparu de notre manoir de façon inexpliquée. J’ai alors été contrainte d’en informer mes frères aînés que je n’avais pas revus depuis dix ans – Mycroft et Sherlock Holmes. Or ce n’était pas eux qui allaient m’être d’un grand secours. Jugeant que mon éducation laissait à désirer, Mycroft n’avait qu’une idée : m’expédier en pension pour faire de moi une lady. En outre, Sherlock estimait ma capacité crânienne bien trop limitée pour pouvoir résoudre le mystère de cette disparition. J’étais pourtant la seule à avoir décelé des indices dont mon détective de frère n’avait pas la moindre idée. C’est donc le cœur empli d’espoir, que j’ai décidé, malgré mes appréhensions, de partir à la recherche de ma mère. Seule.

L’auteure

+__Nancy Springer, (née en 1948 à Montclair dans le New Jersey) est un auteur américain de fantasy, de science-fiction et de littérature pour jeunes adultes. Elle a déjà publié une trentaine d’ouvrages, dont la plupart sont destinés aux jeunes. Mais elle anime également des ateliers d’écriture dans plusieurs universités. Elle a obtenu deux fois le prix Edgar Allan Poe dans la catégorie meilleur roman policier pour jeune adulte.

___Spécialiste du détournement de personnages, elle est l’auteur de romans racontant les exploits d’Enola Holmes, la sœur du grand Sherlock Holmes, ainsi que celle de Rowan Hood, qui n’est autre que la fille de Robin des Bois.

___Elle vit à Dalastown, en Pennsylvanie, depuis l’âge de treize ans et a deux grands enfants, comme elle passionnés par les chevaux.

Mon opinion

★★

___Voilà une saga qui me faisait de l’oeil depuis un petit moment déjà. Basée sur une idée originale (l’héroïne n’est autre que la petite soeur du célèbre détective Sherlock Holmes !), cette série dédiée à la jeunesse et se déclinant en 6 tomes rassemblait a priori tous les ingrédients pour me faire succomber : une héroïne futée, des mystères en série, le tout sur fond d’époque victorienne et en présence du célèbre détective de sir Conan Doyle (!)… autant d’éléments annonçant un cocktail on ne peut plus prometteur !

___Pourtant, si sur le papier l’idée est originale, sa mise en oeuvre n’était pas sans risque. S’approprier un personnage aussi emblématique que Sherlock Holmes sans le dénaturer est en effet une entreprise audacieuse. Force est de constater que Nancy Springer ne s’est d’ailleurs pas trop mouillée dans l’exercice, privilégiant certaines facilités scénaristiques et narratives lui permettant de se délester de nombreuses contraintes. L’auteure a par exemple choisi d’écrire son récit d’après le point de vue de la jeune Enola qui, en dépit de son lien de parenté avec Sherlock Holmes, ne connaît finalement que très peu de choses sur son frère. En effet, en raison de leur grande différence d’âge et de la controverse entourant la naissance de la jeune fille, cette dernière a grandi aux côtés de sa mère, presque en ermites, et surtout loin de ses frères aînés. Ainsi, tout ce qu’Enola sait de Sherlock découle de la réputation que s’est taillé le détective au fil des enquêtes qu’il a menées. La disparition de leur mère va donc être l’occasion à la fratrie de se réunir et à Enola de faire connaissance avec ses ainés. Mais autant le dire, les retrouvailles vont être houleuses et les relations entre Enola et ses frères pour le moins tendues, ces derniers jugeant sévèrement l’éducation laxiste (voire absente) dont a bénéficié l’adolescente durant son enfance. En choisissant un contexte familial si particulier, Nancy Springer semble ainsi créer d’emblée et de façon délibérée une distance entre Enola et le personnage de Conan Doyle. Un sentiment renforcé par l’évolution que l’auteure donne par la suite à l’intrigue. En effet, les chemins de Sherlock et d’Enola se séparent rapidement. Le détective n’apparait en fin de compte que dans un nombre très réduit de scènes, évitant ainsi à l’auteure d’avoir à gérer des situations délicates.

___Je ne doute d’ailleurs pas que les plus fervents admirateurs du célèbre détective de Scotland Yard soient finalement déçus par le résultat tant les apparitions de Holmes sont rares dans ce premier volume. De là à dire qu’il n’est rien de plus qu’un prétexte à la construction de cette saga, il n’y a qu’un pas. Les références au détective sont en effet finalement très limitées et son rôle dans l’évolution de l’intrigue inexistant.

___Si je déplore l’absence de prise de risque de l’auteure vis à vis du personnage de Sherlock Holmes, ce n’est pourtant pas ce qui m’a le plus dérangée durant ma lecture. Je regrette notamment certaines incohérences dans le scénario rendant l’intrigue parfois bancale. Je n’ai ainsi pas compris pourquoi, la jeune Enola ayant fui le domaine familial pour échapper à la pension et retrouver sa mère disparue, se retrouve tout à coup à aller enquêter sur la disparition du jeune vicomte Tewksbury de Basilwether, occultant totalement la disparition de sa mère de sa mémoire et oubliant par là même ses projets initiaux visant à la retrouver. Dès lors, l’action se concentre en effet sur cette « sous-enquête » qui ne présente pourtant aucun lien avec l’intrigue préalable. Jusqu’au bout, j’ai cru que l’auteure allait justifier ce revirement de situation déconcertant par une révélation abracadabrante reliant les deux enquêtes entre elles… en vain. Au terme de ce premier volet, il apparaît clair que la disparition de la mère d’Enola sert finalement de fil conducteur entre les différents tomes, constituant une enquête de fond dont le dénouement ne sera connu qu’au terme de la saga. « La double disparition » constitue en ce sens un tome d’introduction, sans avancée notable concernant la disparition de la mère d’Enola. De quoi peut-être frustrer certains lecteurs qui se sentiront dupés par une histoire qui tourne finalement en rond.

___Pourtant, en dépit d’autant de choix contestables de la part de l’auteure, j’ai tout de même passé un agréable moment de lecture. Le style de Nancy Springer, sans être démesurément brillant, reste très agréable à lire. A l’image de notre jeune héroïne, la plume est vive et enjouée et le récit est suffisamment rythmé pour susciter notre intérêt jusqu’au bout. Qui plus est, on ne peut négliger certains efforts de la part de l’auteure pour dépeindre l’époque victorienne en s’efforçant d’allier réalisme et accessibilité vis à vis du public visé. Misère, insalubrité de Londres, violence, inégalités… sont autant d’aspects évoqués au cours de ce premier tome, et même si l’auteure aurait pu davantage forcer le trait, l’effort est appréciable.

___D’autre part, si on approfondit un peu les évènements de ce premier tome, on peut voir se dessiner une sorte de « morale » à travers les péripéties du jeune vicomte. Alors qu’il jouissait d’une vie très confortable et était choyé par ses parents, le jeune garçon a décidé de fuguer, sans mesurer les conséquences de son acte. Finalement, en se retrouvant dans la rue, confronté à la misère de Londres, il se rend compte qu’il s’est comporté en égoïste et regrettera son geste ainsi que l’inquiétude causée à ses parents.

___Pourtant, là encore, je regrette que Nancy Springer ne soit pas allée plus loin. En effet, si les intentions de l’auteure sont louables, les évènements se succèdent trop rapidement pour que le message soit réellement percutant pour le lecteur. Les personnages sont trop rapidement tirés d’affaire, ne passant que très peu de temps dans les bas-fonds de Londres avant de se retrouver à nouveau en sûreté.

___Impossible enfin de terminer cette chronique sans évoquer le personnage central de cette série, Enola Holmes. La jeune fille se révèle être une adolescente futée, faisant preuve d’un sens de la déduction imparable qui contraste pourtant avec une impulsivité et un manque de finesse tout au long de l’intrigue. A la fois forte (un brin féministe, elle veut prouver que les femmes ne sont pas des êtres stupides) et aussi très sensible (sa mère lui manque terriblement), son caractère ambivalent nous rappelle qu’Enola reste malgré tout une adolescente, à cheval entre enfance et âge adulte, rendant le personnage aussi crédible qu’attachant.

En Bref

___On aime : Une idée originale et excitante sur le fond.  Le personnage d’Enola est attachant et réaliste par ses contradictions et son ambivalence. L’époque victorienne est plutôt bien restituée et la plume de Nancy Springer se révèle efficace. Bref, une lecture qui sans être exceptionnelle reste agréable à condition de ne pas être trop exigeant et de garder en tête que l’on a affaire à une oeuvre destinée à la jeunesse.

___On regrette : Un exercice de style délicat qui ne m’a pas totalement convaincue. Car si sur le fond, l’idée est originale, sa mise en oeuvre manque de conviction et d’audace. Globalement, j’ai en effet trouvé que l’auteure n’avait pas pris suffisamment de risques dans l’exercice en limitant beaucoup les apparitions de Sherlock Holmes dont le rôle n’excède guère celui de la figuration. Nul doute que les plus fervents admirateurs du détective resteront donc sur leur faim. De même, certains pourront déplorer le fait que l’intrigue de fond (la disparition de la mère d’Enola) tourne finalement en rond dans ce premier tome. J’ai également trouvé qu’il y avait quelques maladresses et incohérences dans le scénario de ce premier volet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s