« L’étrange cas de Juliette M. » de Megan Shepherd

 

 

 

 

 

 

Résumé

_Londres, 1895.
___Juliette Moreau n’est plus rien. Sa vie a basculé le jour où son père, le plus éminent chirurgien de Londres, a été accusé d’ignobles pratiques médicales. Est-il mort? En fuit? Nul ne le sait. Une chose est sûre : Juliette doit maintenant se débrouiller seule pour survivre. Et tenter de répondre à cette terrible question qui l’obsède : qui est vraiment son père? Un fou ou un génie?

L’auteure

Megan Shepherd

_Megan Shepherd a grandi en Caroline du Nord et a étudié plusieurs langues, comme le français, l’allemand ou le russe, et en parle quelques-unes.

___Après avoir exercé plusieurs métiers, elle écrit aujourd’hui pour la jeunesse et fait de l’équitation ou de la randonnée le reste du temps. « L’étrange cas de Juliette M. » est le premier tome d’une trilogie.

 

Mon opinion

★★★★★

___Dès les premières pages, Megan Shepherd donne le ton de son récit. « L’étrange cas de Juliette M. » s’ouvre sur une héroïne livrée à elle-même après le décès de sa mère et l’exil forcé de son père, un chirurgien qui, aux dires de l’opinion publique, s’adonnait à des opérations infâmes dans le cadre de ses recherches. Dénoncé par ses collègues, le docteur Moreau s’est ainsi vu contraint à prendre la fuite et les rumeurs tendent à s’accorder sur sa mort depuis ces évènements.

___Mais en plus de se retrouver sans famille et de passer pour la fille d’un savant fou, Juliette doit faire face en permanence aux gestes déplacés de monsieur Hastings, lequel se montre de plus en plus insistant. Autant dire que dès les premiers chapitres, l’auteure nous entraîne dans un univers sombre à la limite du dérangeant et où les personnages s’affranchissent volontiers des convenances. Car à mesure que l’on découvre les différents protagonistes, force est de constater qu’aucun n’a un comportement très clair.

___Il faut reconnaître que pour un titre YA, l’auteure nous offre une galerie de personnages aux psychologies complexes et aux comportements aussi troublants qu’imprévisibles. Chacun a sa part d’ombre et son lot de réactions inopinées. Et Juliette ne déroge pas à la règle. Comme les autres, elle se laisse parfois aller à des réactions inattendues qui la surprennent elle-mêmeet les épreuves auxquelles elle va se retrouver confrontée vont montrer à quel point cette héroïne atypique est prête à tout pour survivre. Malgré une vie qui ne lui a rien épargné, Juliette possède en effet une rage de vivre incroyable. Déterminée et combattive, elle jouit d’une force de caractère étonnante, ce qui est d’autant plus admirable compte tenu de l’époque dans laquelle elle évolue.

___N’ayant plus rien à perdre, lorsque cette dernière découvre par hasard que son père est bel et bien vivant, exilé quelque part au coeur du Pacifique, elle n’hésite pas à partir à sa recherche. Et ce, peu importe la rancœur qu’elle éprouve en prenant alors conscience du fait que son père l’a, en réalité, bel et bien abandonnée.

___Dès lors, nous voilà embarqué sur le Curitiba, pour un voyage mouvementé vers des horizons aussi inconnus qu’inquiétants. Entre un équipage aux allures peu rassurantes, des conditions climatiques changeantes et surtout, la repêche d’un jeune naufragé (Edward), l’histoire prend des allures de récit de pirate. Et grâce à la plume de Megan Shepherd, on sentirait presque les mouvements du navire.

___C’est d’ailleurs à compter de ce moment que j’ai commencé à être réellement happée par l’écriture de l’auteure et à avoir bien du mal à lâcher le livre. Car dès lors, le lecteur ne se trouve plus que dans des huis clos, cadres propices à faire naître chez lui des sensationsd’angoisse et d’oppression ainsi que le sentiment de se trouver en permanence pris au piège sans échappatoire possible. Et ça fonctionne à merveille… Le rythme s’accélère, et la tension monte encore d’un cran lorsqu’on débarque sur cette île isolée en plein cœur du Pacifique, où on se retrouve rapidement confronté à des créatures pour le moins étranges. A mesure que les révélations et les découvertes s’enchaînent, on sent l’étau se refermer peu à peu autour de nous. Autant dire que j’ai rarement vécu une lecture aussi intense.

___Il faut dire que Megan Shepherd a un style à la fois percutant et très agréable à lire ; suffisamment précis pour que l’île et ses habitants prennent vie sous nos yeux sans pour autant noyer son récit dans des détails qui pourraient ralentir l’intrigue. L’auteure parvient ainsi à bâtir une histoire qui ne manque pas de rebondissements. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a l’art de tenir son lecteur en haleine, à tel point qu’il est souvent difficile d’interrompre la lecture.

___La découverte de l’île et de ses étranges habitants donnent lieu à de nombreuses surprises et très rapidement, des évènements inquiétants vont avoir lieu et se multiplier. Une ambiance pesante qui nous conduit rapidement à nous méfier de tout et de tout le monde, et tout particulièrement du docteur Moreau. Car il est incontestablement le personnage le plus intriguant et il faut attendre longtemps avant de savoir de quoi il retourne. Comme Juliette, nous doutons un moment avant de réussir à appréhender sa véritable nature et de saisir si les rumeurs concernant ses travaux sont fondées ou non.

___Si certaines descriptions m’ont parfois retourné l’estomac, j’ai trouvé que l’auteure n’en abusait pas et j’ai même apprécié l’audace du procédé qui démarque par la même occasion « L’étrange cas de Juliette M. » de tout ce que j’ai pu lire dans le genre YA jusqu’ici.

___Finalement le seul point faible de l’intrigue, réside selon moi, dans la présence d’un triangle amoureux entre Juliette, Edward et Montgomery. Classique dans le genre YA, je trouve pourtant que dans le cas présent, il ne colle ni à l’intrigue dont il casse parfois le rythme, ni au personnage de Juliette, cette héroïne combattive, féministe, et indépendante. Face à Edward et Montgomery, j’ai trouvé que l’adolescente se laissait ainsi un peu trop dépassée par ses hormones, et parfois à des moments pour le moinsinappropriés (comme lorsqu’elle se retrouve avec Edward en plein coeur de la jungle, tous deux poursuivis par un « monstre » qui veut apparemment leur peau, et qu’elle commence à passer son temps à se questionner sur ses relations amoureuses… autant dire que ça casse un peu le rythme pour le coup !).

___Ceci étant dit, je trouve que même à ce niveau-là, l’auteure fait preuve d’une certaine habileté. Au cours du récit, on imagine que Juliette devra faire un choix tôt ou tard mais on a beaucoup de mal à savoir vers qui il se portera jusqu’à un stade avancé de l’intrigue.

___Dans les derniers chapitres, je dois cependant avouer que certaines des révélations relatives aux différents protagonistes ne m’ont pas étonnée outre mesure. Il faut dire que l’intrigue évoluant alors dans un cadre clos, le champ des possibilités est rapidement limité. D’autre part, étant habitué à ce que l’auteure enchaîne les rebondissements, on en vient rapidement à imaginer tous les scenarii possibles et à suspecter tout le monde. Mais heureusement, les retournements de situations sont si nombreux et le rythme si soutenu qu’il est impossible de tous les anticiper.

Une histoire qui revisite de façon originale « L’Île du docteur Moreau » de Wells au cours d’un récit riche en rebondissements et en intensité. Dans ce huis clos, Megan Shepherd parvient à créer une atmosphère unique et pesante, enfermant le lecteur avec ses doutes et sans échappatoire possible. L’écriture est de qualité et l’auteure nous offre une galerie de personnages aux psychologies complexes. Si on laisse de côté la présence d’un triangle amoureux qui n’ajoute rien à l’intrigue voire qui ralentit parfois le rythme, « L’étrange cas de Juliette M. » se démarque par son originalité autant sur le fond que dans la forme tant il ne ressemble à aucun autre roman YA. Une expérience de lecture unique et troublante !

En Bref

___On aime : une réécriture originale et captivante de l’œuvre de Wells, qui se révèle riche en rebondissements et nous tient en haleine du début à la fin. Megan Shepherd a une écriture de qualité et un talent incroyable pour créer une atmosphère pesante et angoissante. Un livre qui se démarque de tout ce qu’on connaît dans le genre avec la garantie d’une expérience de lecture unique et troublante, d’une intensité extraordinaire.

___On regrette : un triangle amoureux qui n’apporte rien à l’intrigue et qui tend même à casser le rythme parfois. Certains rebondissements sont assez prévisibles vers la fin mais ne gâche cependant rien au plaisir de la lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s